(Tribune) Handicap scolaire : pour une réelle égalité des chances

Mis en ligne le 23/08/2019.

Prônons l’égalité initiale des chances, l’équité face à l’éducation et la culture. Non pas un égalitarisme d’une fin, qui voudrait conformer ses citoyens à un destin qu’ils n’auraient pas choisis.

Selon le ministère de l’éducation nationale, près de 350 000 personnes en situation de handicap étaient scolarisées en 2018, un chiffre qui ne cesse de croître et qui ne prend pas en compte les milliers d’autres enfants qui ne sont scolarisés. Une variable qui doit être urgemment prise en considération à la fois par soucis de cohésion sociale sinon pour la garantie d’une méritocratie équitable pour tous, inclusive et juste.

Commençons par la question sociale que pose le handicap en milieu scolaire, notamment des élèves placés en classe « ULIS ». Fiers comme Ulysse donc, le gouvernement semble se satisfaire que ces jeunes soient souvent totalement coupés socialement du reste de la communauté des jeunes qui les entourent. Récréations différées, attisant, peurs et appréhensions des élèves jugés dans la « norme » face aux élèves en situation de handicap. Cela aussi parfois se répercute sur les jeunes présentant un handicap, visible ou non (80% des handicaps sont invisibles) , non placés en ULIS. Ce double discours qui prône l’égalitarisme de tous, tout en cachant certains ne fait qu’amplifier les discriminations portées par la méconnaissance. C’est aussi cela l’obscurantisme.

Par l’exemple qui peut sembler des plus anodins de récréations différées, on observe donc une différence de traitement inacceptable et une coupure sociale qui laisse des séquelles non pas seulement à ceux à qui on prive de vivre ensemble, mais à toute la communauté qui n’adopte pas une inclusion universelle et systématique.

Venons en maintenant à la question éducative de ces jeunes. Pour avoir participé à une table ronde sur la thématique du handicap, au premier comité de renouvellement du parti Les Républicains, une proposition est ressortie faisant l’unanimité : dès l’entrée à l’école puis à la sortie de sa primaire, chaque enfant aurait le droit à un dépistage complet, qui permettrait de détecter les handicaps de chacun et ainsi les accompagner plus efficacement. A cette proposition du député Aurélien Pradié, j’ai ajouté, que certes les enfants placés en ULIS ne peuvent suivre avec exactitude une scolarité dite « normale » mais que dans certains domaines, certaines matières, ils en ont pour beaucoup la totale capacité. Ce dépistage pourrait également nous indiquer dans quels domaines l’enfant peut suivre une scolarité comme chacun de ses camarades. Comment pouvons-nous justifier que l’on coupe ces enfants du cercle ordinaire scolaire dans sa totalité, s’ils peuvent en partie l’assumer ? C’est la revendication que je porte : partout où l’enfant en situation de handicap peut être traité à égal avec un enfant sans soucis de santé, il doit être inclus dans le groupe. C’est aussi cela l’égalité des chances. De la récréation à la salle de classe en passant par les activités extra-scolaires.

Soyons conscients, soyons pragmatiques que les enseignants ne sont pas assez formés pour accompagner ces enfants. C’est pourquoi, je propose que la formation soit plus complète en incluant de manière bien plus significative cette variable du handicap. Accompagnons cette demande d’excellence de la part de nos instituteurs d’une revalorisation salariale et sociale du statut de professeur, qui ne relève que du bon sens étant donné leurs situations actuelles.

Brisons ce paradoxe d’une éducation qui s’élitise mais qui finalement dans les classements, s’enlise ou encore cette éducation sauvage, du plus fort, loin de tout mérite.

Nelson Gaspar

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s