Une droite de plus en plus divisée à la veille d’un choix décisif

Vu Les élections à la Présidence Les Républicains n’égaillent pas un enthousiasme conséquent que ce soit dans les médias, dans l’opinion publique ou pour la base militante. La droite a terriblement échoué durant les dernières échéances (Présidentielles, Législatives ou Européennes). Cette donnée a de nouveau chamboulé les positions. Laurent Wauquiez et sa ligne conservatrice ont du prendre acte de leur échec à rassembler et laissent donc encore un épineux problème de ligne au sein du parti fondé par Nicolas Sarkozy.

La droite se désagrège de manière importante et le départ de Valérie Pécresse, la mise à l’écart de certains cadres et le retour d’une ligne centriste avec Jean Léonetti mettent un nouveau flou dans ce parti déjà désemparé. C’est l’occasion pour certains candidats ou membre du parti d’essayer d’insuffler un vent de fraîcheur.

De nouveaux thèmes loin d’être habituels dans ce parti traditionnel, sont apparus : l’écologie, le cannabis, la PMA… Cependant, ces thèmes ont une nouvelle fois divisé les républicains.

La jeune garde élue se lance sur cette voie de rafraîchissement en mettant en place le Comité de Renouvellement ; initié par Aurélien Pradié (Député du Lot) composé de jeunes sarkozistes voulant apporter des « réflexions » en matière d’handicap, de logement ou d’alimentation. Cet « outil de travail » permet ainsi d’appréhender d’une autre manière la réflexion sur la droite, mais ce qui part d’une bonne volonté semble plutôt s’orienter vers une vitrine en vu des élections à la Présidence Les Républicains dans la mesure où Aurélien Pradié, dirige également la campagne de Christian Jacob.

L’écologie maintenant, c’est LE sujet à la mode depuis la claque reçue face à Europe Ecologie Les Verts. Ce thème repris en hymne par tous les candidats était pourtant l’un des sujets phare de de la campagne de François-Xavier Bellamy, durant l’Election Européenne de 2019, avec le concept de barrière écologique Européenne. Julien Aubert pourtant qualifié depuis le dépôt de sa candidature d’hyper conservateur, s’est aussi positionné sur ce sujet avec une tribune dans le JDD dans lequel il définit les contours d’un programme « écologique de droite ». L’écologie est le thème devenu le plus préoccupant pour les Français depuis peu. Mais la droite ne doit pas tomber dans l’écologie punitive ou médiatique que mettent en avant les médias et partis de gauche. Là encore cette affirmation n’est pas partagée par tout le monde et fait l’objet d’âpres débats. D’un côté une écologie proche de la ruralité, dans le respect des traditions et pro-nucléaire (avec des figures de proue comme Eddie Puyjalon) et de l’autre une écologie plus de gauche anti chasse, pro-éolienne et favorable à Greta Thunberg incarnée par Eric Diard (choix de Christian Jacob pour ce thème).

Nouvelle fracture, mais cette fois-ci au niveau jeune avec des incohérences de discours entre deux mouvements jeunes influents chez Les Républicains entre Les Jeunes Républicains d’Aurane Reihanian et l’UNI. Le sujet clivant est celui de la légalisation du cannabis : d’un côté l’UNI qui se place comme un opposant à cette légalisation du cannabis, mettant ainsi en avant les problèmes de santé, d’isolement tandis que du coté du Bureau National des Jeunes LR, Aurane Reihanian s’est dit ouvert à l’ouverture d’un débat sur ce sujet ; dans une interview accordé au Figaro. Une phrase clivante, qui a eu un effet important sur les réseaux sociaux divisant encore fois la base militante. Jean Léonetti (Président par intérim) envoyait un message aux jeunes LR avant le rassemblement au Touquet « n’ayez pas peur de la rupture » et on sent que la jeune génération l’a très bien comprit mais cependant avec le risque de diviser encore les militants.

Enfin, la droite s’est encore une fois entre-déchirée sur la position qu’elle doit prendre au sujet de l’événement organisé par le magazine l’Incorrect « La Convention de la Droite ». Un événement réunissant des personnalités de toute la droite telles que Marion Maréchal, Eric Zemmour, Xavier Breton ou Geoffroy Lejeune. Là encore, les cadors des Républicains semblent divisés avec d’un coté des élus comme Xavier Breton favorable à un débat sur la droite et de l’autre des élus tels que Daniel Fasquelle qualifiant cet événement de « rassemblement d’extrême droite » au micro de LCI. Cette querelle semble également montrer l’essor d’un clivage entre base militante et élus, dans lequel la plupart des militants se rapprochent d’une idéologie conservatrice – comme le montre l’article de Kevin Bossuet pour Valeurs Actuelles, avec une montée du conservatisme chez les jeunes Les Républicains – tandis que les élus veulent amener ces fameux « nouveaux thèmes » que j’ai pu présenté.

Julien Aubert semble donc amener une alternative tout comme un François-Xavier Bellamy assez percutant dans son dernier passage sur « On n’est pas couché » sur France 2 car ils vantent tout deux cette prise de conscience du manque de réflexion autour de nouveaux thèmes. Cependant, les deux hommes cherchent aussi à reparler à cette base militante se sentant trahie. En effet, ils évoquent avec les thèmes d’une droite traditionnelle : l’immigration, le libéralisme, le patriotisme et la sécurité.

Peut-être qu’une réflexion de fond sur la droite serait d’autant plus crédible si elle n’intervenait pas seulement le lendemain d’une défaite ?

Paul Gallard, Vice-Président de Droite de Demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s