(Interview) Guillaume Arquer (LR), « Le conservatisme n’a jamais disparu de la scène politique d’Europe Centrale »

Guillaume Arquer, membre des Républicains, est Conseiller Consulaire. 

Bonjour M. Arquer, vous êtes conseiller consulaire LR de l’Autriche, de la Slovaquie et de la Slovénie. Pouvez-vous nous expliquer votre rôle ?

Un Conseiller Consulaire est le représentant à l’échelle locale des Français résidant hors de France, tel un conseiller départemental. Ses attributions sont principalement axées sur le domaine social et scolaire (bourses scolaires des enfants français scolarisés dans les établissements français à l’étranger). En outre, les conseillers consulaires sont les grands électeurs élisant les 12 sénateurs des Français établis hors de France.

Quelles sont les relations de la France avec ces États ?

Les États pour lesquels je suis élus des ressortissants français sont tous de l’UE. Les relations avec la Slovaquie et la Slovénie sont généralement bonnes malgré quelques différences. Avec l’Autriche, pays neutre non membre de l’OTAN, les relations sont correctes même si améliorables. En effet le gouvernement Macron/Philippe est assez critique avec les orientations du gouvernement du chancelier sortant Sebastian Kurz

En quoi les droites de ces trois pays rejoignent ou diffèrent-elles de celle en France ? Par quels partis sont-elles incarnées et quelles sont leurs politiques ?

Les droites de ces pays sont constituées très différemment selon les pays, du fait de leurs histoires respectives:

– En Slovénie la droite est représentée par 3 partis, le SDS de l’ancien premier ministre Janez Janša, conservateur – proche du Fidesz hongrois de Viktor Orbán, NSI (libéraux) et le petit SLS (parti des petites villages). Ces trois partis sont très souvent en coalition ou en accord. Ils sont dans l’opposition gouvernementale.

– En Slovaquie la droite est morcelée en pas moins de 7 partis selon la tendance idéologique et l’origine ethnique :

* le KDH, parti historique chrétien-démocrate actuellement opposé au gouvernement

*OĽANO: parti eurosceptique actuellement opposé au gouvernement

* le SNS: parti eurosouverainiste comparable au mouvement interne de Julien Aubert au sein des Républicains, actuellement dans la coalition gouvernementale.

* le MOST-HID, parti conservateur de la minorité hongroise mais opposé à Viktor Orbán, actuellement dans la coalition gouvernementale.

* le SMK, parti très conservateur de la minorité hongroise, favorable à un redécoupage administratif du pays et à une large autonomie des régions magyarophones, actuellement opposé à la coalition gouvernementale

*SaS, parti libéral comparable à EM mais appartenant paradoxalement au groupe ECR au Parlement Européen. Dans l’opposition gouvernementale.

*SPOLU, parti libéral également comparable à EM, mais siégeant au PPE. Allié à la Plateforme Progressiste PS autour de la nouvelle présidente aux idées très macroniennes Čaputová.

– En Autriche toute la droite classique est représentée par le Parti Populaire Autrichien ÖVP de Sebastian Kurz. Libéral en économie, Souverainiste et Neutre en Géopolitique, Modérément Conservateur sur les aspects sociétaux. Un vrai parti populaire et transversal présent sur ľensemble du territoire et particulièrement hégémonique en dehors de la capitale Vienne.

Sebastian Kurz et son parti, l’ÖVP, ont récemment remporté les élections législatives autrichiennes avec un programme libéral-conservateur. Quelles sont les raisons d’un tel succès ?

Sebastian Kurz, ancien ministre des affaires étrangères à 27 ans, a repris ľÖVP en 2017 et en a modifié structures et communication pour le porter à la victoire en automne de la même année. Une fois au pouvoir, il a appliqué méthodiquement et de manière transparente son programme. Sa cohérence mais aussi son charisme sont à l’origine du grand succès obtenu lors des élections anticipées du 29.09.2019.

Constatez-vous un renouveau conservateur en Europe centrale ?

Le conservatisme n’a jamais disparu de la scène politique d’Europe Centrale. La preuve, beaucoup de pays dit sociaux-démocrates de pays d’Europe Centrale ont des programmes et postures bien plus conservatrices (assumées) que nombre de partis dits de droite en Europe dite de l’Ouest.

Quelles leçons la droite française peut-elle en tirer ? Comment contraster ces succès avec l’échec du parti LR aux Européennes ?

C’est en assumant ses idées sans se laisser piéger par le politiquement correct et la pensée dominante que la droite française peut trouver dans ces partis de droite centre-européenne une inspiration. Elle doit également s’atteler à redevenir un grand parti militant, transversal qui maille chaque territoire, université, entreprise ou association pour esperer un jour redevenir omniprésente.

Quidde l’ancienne alliance de Sebastian Kurz avec le parti nationaliste FPÖ ? Est-elle comparable à une potentielle alliance avec le RN ?

Ce n’est pas comparable au vu de l’Histoire et du présent de l’Autriche. Tout d’abord il est nécessaire de signaler que la coalition gouvernementale sortante ÖVP/FPÖ n’a pas fait l’objet d’alliance préalable mais postérieure. Aussi, il est intéressant de remarquer que le FPÖ gouverne la région du Burgenland avec les socialistes du SPÖ et a été au milieu des années 1980 partenaires juniors de ce même parti socialiste au sein du gouvernement fédéral. Le FPÖ est un parti tout a fait accepté au sein de la classe politique malgré les récents scandales qui l’ont frappé. Il n’est pas isolé ou pestiferé sur la scène politique comme peut l’être par exemple le RN français

Pour vous, qui serait à même d’incarner au mieux en France cette droite victorieuse présente dans les pays d’Europe centrale ?

En tant que représentant et soutien affiché de Julien Aubert en vue de la prochaine élection interne pour la présidence des Républicains, c’est tout naturellement que j’estime cette option comme la plus à même de faire renouer, tel le RPR d’autrefois, notre famille politique avec la victoire

Que pensez-vous du membre du PPE Victor Orban, est-ce que la droite française doit s’inspirer de cette personnalité politique ?

La Hongrie est difficilement compréhensible depuis Paris. Je pense que le FIDESZ a toute sa place au PPE. Il y fut invité par le défunt chancelier Helmut Kohl. La défense des traditions, l’ordo-libéralisme revendiqué, la priorité de la Nation, les valeurs assumées d’une vraie droite devrait sans doute inspirer la droite française. La coalition autour du FIDESZ a obtenu près de 53% aux dernières élections européennes et cela après 11 ans de pouvoir ininterrompu. À méditer..

Pour vous, qu’est-ce que doit être la droite de demain ?

Celle qui saura renouer avec nos valeurs sans en rougir et saura rassembler les français de manière transversale sur un projet de société nationale et de civilisation européenne.

Propos recueillis par Julien Neter pour Droite de Demain

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s