Protégeons notre souveraineté

Un État existe par la seule condition de sa souveraineté. Cela peut sembler logique, mais pourtant ce mot est un gros mot. Pour certains politiques français, ce serait un symbole de “déclinisme” ou bien même de “fascisme” pour ces derniers. Alors qu’être son propre souverain serait un but idéal et recherché par tout le monde, car rien de mieux ne pourrait nous arriver. Un État souverain, c’est un État qui n’est pas subordonné à un autre État ou à une entité quelconque. C’est une chose pleine de bon sens que représente la souveraineté d’un État. Seul un État peut être souverain, c’est pour cela que, lorsque l’on entend le Président de la République Emmanuel Macron dans son allocution du 14 juin 2020 parler de « souveraineté européenne » je ne peux que me crisper car l’Europe n’est tout simplement pas un pays et encore moins un État.

Il me semble donc important que la droite s’impose comme la protectrice de notre souveraineté nationale qui est une chose essentielle si nous voulons retrouver notre indépendance qui a fait la grandeur de la France et son eccéité.

À commencer par l’Europe. Au sein de notre famille politique, un débat doit être mené pour savoir quelles sont les options que la droite (voire même les droites européennes) possède sur la question. C’est d’ailleurs en ce sens que le Parti Populaire Européen (PPE) a chargé François-Xavier Bellamy, député européen LR, de mener une réflexion sur la droite en Europe. Il est important d’avoir une idée commune de l’Europe au sein du parti pour éviter d’être abscons une nouvelle fois à cause des “cacophonies d’opinions”.

Toutefois, il paraît évident que nous ne pouvons pas accepter les propositions de fédéralisme européen souhaitées par tous ces thaumaturges que sont les technocrates et surtout LREM ou autre pseudo-écologiste EELV. Il serait alors presque irréversible de tomber dans cet accréantement fou et pernicieux qui va totalement à l’encontre de la souveraineté de l’État auquel notre famille politique est très attachée. Simplement parce qu’il est irréfragable de dire que la souveraineté européenne n’existe pas, simplement parce que l’Union Européenne n’est pas une Nation mais une organisation, une simple entité supranationale. Chaque peuple européen est souverain que ce soit le peuple Estonien, Polonais, Allemand ou bien Français. Ces peuples, par leurs cultures et leurs Histoires différentes forment chacun une Nation distincte. C’est donc en toute logique que l’Europe doit rester une Europe des Nations. Non pas parce que nous ne sommes pas ouverts aux autres, puisque nous apprécions l’Europe, mais nous voulons que cette Europe soit construite sur une coopération des États qui souhaitent former un marché commun pas qu’elle devienne une entité souveraine onirique.

Aussi, dans cet esprit de souveraineté et de volonté d’un primat de l’État sur toutes entités, nous devons mettre en place une loi organique de souveraineté pour réaffirmer la supériorité de la loi française sur les textes supranationaux et les jurisprudences de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Pour être souverain et indépendant, nous devons compter sur une industrie forte, défendue par des mesures de protectionnisme ”intelligent”  notamment sur les produits vendus à très bas coûts dans le but de  “casser”  la concurrence et avec elle des savoirs faire presque uniques de nos entreprises qui sont parfois contraints à se délocaliser en Europe ou ailleurs pour ne pas périr, laissant derrière elle chômage et désespoir pour les habitants de la région. Nous devons préserver notre industrie de la concurrence étrangère afin d’éviter de dépendre des autres pays, car nous avons bien vu que la coopération internationale n’est plus de rigueur en temps de crise. En ce sens, la mise en place d’une “TVA sociale” pourrait s’appliquer sur les produits importés nécessitant des coûts de production moins importants et qui sont donc vendus moins chers que des produits qui sont de production française. Afin d’éviter d’alourdir encore plus une assiette fiscale devenue très grosse, trop grosse et parfois même difficilement compréhensible il faudra l’alléger en soulageant la pression sur les classes moyennes. En accompagnement de cette TVA, il s’agirait également d’alléger la fiscalité lourde que nous imposons aux entreprises si nous voulons rendre nos entreprises plus compétitives mais aussi permettre la relocalisation de certaines de nos entreprises et attirer d’autres entreprises.

Si il y a bien une leçon à tirer de la crise que nous avons vécu c’est bien celle-ci : la souveraineté n’est pas un gros mot. C’est, au contraire, un joli mot si nous sommes patriotes et que nous souhaitons que la France soit moins dépendante des autres pays. Car les égoïsmes des Nations font toujours surface quand nous devrions compter sur une chimérique “coopération mondiale”.

Il est temps pour la droite, de retrouver un projet de souveraineté pour que notre pays ne soit pas noyé dans la mondialisation.

Théo DUTRIEU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s