(Entretien) Françoise Dumont (LR), « Il faut arrêter l’empilement de normes contre-productives »

Françoise Dumont est Sénateur Les Républicains du Var, et conseiller départemental du Var.

Bonjour Madame Dumont, l’écologie prend de plus en plus d’importance, d’après notre enquête l’électorat de droite serait très proche de l’idée de conservation de son milieu,

Pensez-vous que la préservation de l’environnement est un sujet essentiel pour la droite ?

C’est un sujet qui n’a pas d’étiquette politique, je pense que tout le monde est respectueux de l’environnement, c’est un sujet majeur transpartisan.

Vous avez été Adjointe au maire de Saint-Raphaël, ville du bord de mer, comment faire pour concilier le tourisme avec la protection de notre littoral ?

Il n’y a pas d’opposition entre le développement économique et le respect de l’environnement. Bien au contraire. En revanche, ma position est claire, je suis contre l’écologie punitive car elle est contre-productive.

De même, Saint-Raphaël partage avec d’autres communes la préservation de l’Esterel, comment réussir à valoriser nos paysages naturels ?

Parce que ce site est exceptionnel, nous nous devons de le protéger, en respectant un juste équilibre entre occupation humaine et préservation de la faune et de la flore du site, dans une démarche équilibrée et respectueuse de l’environnement. Cela est tout à fait possible, l’Estérel n’est pas une réserve d’indiens mais cela n’est pas non plus Disneyland.

Désormais au Sénat, quelle relation doit entretenir cette institution avec les collectivités territoriales dans l’élaboration des politiques publiques en matière d’environnement ?

Le Sénat est le représentant des collectivités territoriales. Il est à leur écoute, notamment par le biais de ses consultations régulières des élus sur de nombreux sujets, dont l’environnement. C’est ainsi que les Sénateurs peuvent rédiger et examiner des textes de lois en cohérence avec les attentes des élus locaux.

On a vu le résultat des catastrophes naturels sur les villages de la Vésubie, vous l’aviez aussi connu lors des grandes inondations du Var, doit-on mener une politique plus importante sur la gestion des risques ?

Je crois qu’il faut surtout arrêter l’empilement de normes contre-productives qui empêchent tous travaux. Par exemple, au sein de mon canton de Saint-Raphael, je pense aux travaux de consolidation des rives de l’Agay. Les Maires mènent des plans de prévention très adaptés, il faut leur donner les moyens.

Quelle est votre position sur l’utilisation des néonicotinoïde pour les betteraves, doit-on choisir entre nos filières betteravières et nos abeilles ?

Pas forcément. En effet, la betterave est un aliment non mellifère, donc elle n’attire pas les abeilles. L’utilisation des néonicotinoïdes n’est donc pas problématique sur ces champs en question. Il faut savoir adapter les dispositions à chaque espace, en cohérence avec la nature, mais aussi en sachant soutenir nos agriculteurs. Le bon sens doit l’emporter car il y a aussi la filière de la noisette qui est en péril.

Quelle vision de l’environnement pour la droite de demain ?

La question du dérèglement climatique est au cœur de tous les enjeux, la droite française en a conscience et s’engage dans une politique écologique de bon sens, loin des dogmatismes technocratiques. Environnement et respect du patrimoine naturel sont des préoccupations de la droite d’aujourd’hui et de demain !

Propos recueillis par Paul Gallard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s