(Entretien) Alix Aubry, « Valérie Pécresse a incontestablement le programme le plus sérieux »
(Entretien) Alix Aubry, « Valérie Pécresse a incontestablement le programme le plus sérieux »

(Entretien) Alix Aubry, « Valérie Pécresse a incontestablement le programme le plus sérieux »

Alix Aubry était colistiere aux élections régionales et municipales en Île-de-France et l’une des responsables des Jeunes avec Pecresse.

Raisons de ton engagement auprès de Valérie Pécresse ?

Lorsque j’ai découvert le parcours de Valérie Pécresse, j’ai été séduite par sa manière de faire de la politique, c’est-à-dire avec pragmatisme et sincérité.

Elle représente selon moi un modèle de volonté, de courage et de ténacité pour toute jeune femme qui souhaite s’engager en politique. C’est avec volonté qu’elle a suivi le chemin de la politique aux côtés de grandes figures qui ont fait la droite comme Jacques Chirac. C’est avec courage qu’elle a mené des réformes ambitieuses lorsqu’elle était en responsabilité dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy en tenant face à la rue. Et enfin c’est avec ténacité qu’elle est allée chercher chaque victoire, une par une, et ce sont ces mêmes victoires qui font qu’aujourd’hui, elle est la candidate de la droite républicaine à l’élection présidentielle.

Qu’est-ce qui t’amène à te définir de droite ? Quelles idées défends-tu ?

Je suis attachée à la liberté, à l’autorité et à la méritocratie qui font partie des valeurs cardinales de la droite.

La liberté, car nous devons libérer le travail qui paiera plus que l’assistanat, libérer les énergies en récompensant le mérite, et libérer le pays de ses carcans en débureaucratisant et en décentralisant.

L’autorité, car nous devons créer un choc d’autorité dans les pays. Les agressions de représentants des forces de l’ordre et des figures d’autorité (élus, enseignants, pompiers) sont insupportables, et avec Valérie Pécresse elles seront sanctionnées par un an de prison ferme incompressible.

La méritocratie, car nous devons mettre fin aux inégalités scolaires et refaire de l’école un lieu d’émancipation qui joue son rôle d’ascenseur social. A ce titre, Valérie Pécresse propose d’engager un sursaut national pour l’école et de faire de la France une véritable Nation éducative construite autour de l’autorité, de la liberté et du savoir, pour que l’école soit enfin un chemin de réussite pour tous.

C’est pour cela que la droite incarne pour moi la meilleure vision pour redresser la France et faire face aux multiples défis qui attendent notre génération. La Nouvelle France de Valérie Pécresse est une France qui protège à nouveau les siens, une France qui retrouve ses fondamentaux, une France qui crée et libère de nouvelles énergies.

Valérie Pécresse, quelle présidente ?

Valérie Pécresse a incontestablement le programme le plus sérieux, le plus crédible et le plus complet pour la France et les défis à venir. Valérie Pécresse, c’est la présidente du rassemblement, de l’espérance, d’une droite républicaine forte qui a les solutions pour redresser la France. À la fois gaulliste, sociale et libérale, la droite qu’incarne Valérie Pécresse est une droite moderne, assumée, en rupture avec le quinquennat d’Emmanuel Macron qui a fait exploser la dette et aggravé l’insécurité du pays, tout cela en dirigeant la France de manière jupitérienne au mépris des territoires et des Français. Il est donc plus que nécessaire de remettre de l’ordre dans la rue et dans les comptes : mettre fin au laxisme judiciaire, accélérer les procédures, réinstaurer les peines planchers, instaurer des délais courts pour les victimes de violences conjugales, mettre fin à l’immigration incontrôlée, supprimer le droit du sol automatique à 18 ans pour les enfants nés en France de parents étrangers… En somme, Valérie Pécresse, c’est la présidente du faire, pas du plaire. Enfin, nous avons besoin d’une femme d’État qui incarnera notre pays dans le monde. Valérie Pécresse, c’est l’incarnation d’une France forte et indépendante dans une Europe souveraine pour que le destin du monde s’écrive toujours avec la France.

Le thème sécuritaire est montré comme un élément de défaillance d’Emmanuel Macron, est-ce un axe important chez Valérie Pécresse ?

Contrairement au Garde des Sceaux, je ne crois pas que « le sentiment d’insécurité est de l’ordre du fantasme ». C’est un constat d’impunité que vivent les Français, et nous souhaitons que la peur change de camp.

Il est clair que le pays est en crise d’autorité. Emmanuel Macron a été totalement angélique sur le communautarisme et le séparatisme islamiste qui grignotent de plus en plus de nos territoires. Macron, c’est toujours un tout petit bout de réforme sans aller jusqu’au bout, un mandat pour presque rien, et un mépris des territoires. Valérie Pécresse est la seule candidate proposant des solutions concrètes afin de restaurer l’autorité de l’État en matière de sécurité et de justice : réinvestir dans nos forces de sécurité et débureaucratiser les procédures. Parmi ses propositions phares, on peut citer la construction de 20 000 places de prison supplémentaires, des tribunaux spécialisés sur les violences faites aux femmes afin de raccourcir les délais de jugement, le renforcement de la sécurité dans les écoles ou encore le durcissement de la justice des mineurs dès le premier délit. La sécurité est un axe central du programme de notre candidate, qui a pour objectif de remettre de l’ordre dans la rue et dans les comptes.

Que penses-tu du fait qu’elle ait repris les propositions d’Eric Ciotti sur les droits de succession ?

Eric Ciotti a eu raison d’intégrer les droits de succession et la fiscalité comme un des thèmes forts de sa campagne. La transmission est également au cœur du projet porté par Valérie Pécresse. Après tout, il est normal de vouloir transmettre une vie de travail à ses enfants. En ce sens, elle veut créer un choc de transmission intergénérationnel : pour les droits de succession par exemple, Valérie Pécresse propose un chèque de donation allant jusqu’à 100 000 euros pour ses successeurs, une proposition également défendue par Eric Ciotti au Congrès des Républicains.

L’enjeu de l’écologie est important pour la jeunesse, le sera-t-il pour cette campagne ? Comment ne pas tomber dans le démagogisme vert ?

“Notre maison brûle et nous regardons ailleurs” disait Jacques Chirac lors du discours de Johannesburg. La dette écologique colossale dont nous serons les héritiers ne doit pas être ignorée. Cette urgence climatique impose une action qui redonne espoir aux Français en un autre avenir que celui du déclin. Je pense que l’enjeu écologique ne doit pas être monopolisé par un parti, au risque d’être idéologique. Ainsi, Valérie Pécresse croit en une écologie pragmatique, une écologie des résultats qui répond à un objectif clair : celui d’une neutralité carbone d’ici 2050. En investissant dans le nucléaire (6 EPR de plus pour produire 60% d’électricité en plus de manière souveraine et décarboner nos énergies) et les énergies du futur (hydrogène, énergie solaire…), nous contribuerons à donner un avenir meilleur aux futures générations et vu les catastrophes naturelles et les événements climatiques hors normes que nous avons vécu ces dernières années, nous ne pouvions pas dire que nous ne savions pas. Preuve que Valérie Pécresse a les solutions : il suffit de voir son bilan en Région Île-de-France. En bref, on peut citer l’organisation d’une COP Région IDF pour dresser le bilan environnemental de la région et apporter de nouvelles solutions concrètes, les 10 milliards d’euros de dépenses favorables à l’environnement sur la période 2020-2024, le 1 euro sur 2 des dépenses régionales qui ont un impact positif sur l’environnement. Valérie Pécresse s’est emparée du sujet très tôt en s’entourant d’une équipe compétente qui saura, j’en suis sûre, la mener vers le bon chemin.

Quelle est ta vision de la droite de demain ?

Ma droite de demain est une droite qui ne transige pas avec la sécurité des Français et fait du respect entre les individus la colonne vertébrale idéologique de ses propositions. Ma droite de demain est aussi une droite consciente des défis environnementaux, économiques et sanitaires, qui saura protéger la génération future de la dette écologique et de la dette financière que risque de nous léguer la mauvaise gestion de ces dix dernières années. Enfin, ma droite de demain saura faire rayonner la France sur la scène internationale, notamment en libérant les énergies de nos jeunes talents à travers le développement de grands pôles de recherche et d’innovation. La recherche fondamentale de haut niveau, l’innovation industrielle et l’autonomie stratégique sont les clés qui permettront à la France de faire face aux urgences de demain.