(Entretien) Françoise Dumont, « Valérie Pécresse portera la vision d’une droite ferme et engagée »
(Entretien) Françoise Dumont, « Valérie Pécresse portera la vision d’une droite ferme et engagée »

(Entretien) Françoise Dumont, « Valérie Pécresse portera la vision d’une droite ferme et engagée »

Françoise Dumont est sénatrice Les Républicains du Var et Porte-parole PACA de la campagne de Valérie Pécresse pour l’élection présidentielle de 2022. 

Bonjour madame Dumont, la victoire de Valérie Pécresse au Congrès, qu’est-ce-que cela vous inspire ?

La victoire de Valérie Pécresse m’inspire beaucoup de fierté et de satisfaction, mais surtout de l’enthousiasme. Je suis engagée auprès de Valérie Pécresse depuis de nombreuses années au sein de son mouvement « Libres ! ». J’étais porte-parole du mouvement jusqu’au moment où Valérie Pécresse m’a chargé de devenir oratrice territoriale. Cette victoire est la concrétisation d’une grande envie de réforme, c’est une main de fer dans un gant de velours ; Valérie Pécresse ne veut pas opposer les gens, a contrario de notre président mais elle veut agir en profondeur à travers des réformes efficaces. 

Vous étiez de son déplacement en Grèce, qu’en avez-vous retenu ?

D’une part, j’ai un grand respect pour le travail important accompli par les Grecs qui ont été confrontés dès 2015 à une vague migratoire sans précédent et qui ont mis en place – avec l’aide de l’Europe et de Frontex – des mesures strictes, fermes et respectueuses pour gérer les flux migratoires. Nous étions à Samos, là où il y a un pic gigantesque de 9 000 migrants dans un camp. Aujourd’hui, avec le travail acharné des autorités et en particulier du gouvernement de droite, ils ne sont plus que 650. Le gouvernement a construit des camps de réorientation et d’accueil, cinq en Grèce, dans lesquels sont accueillis les migrants en attendant de connaître l’issue de leur demande d’asile. Ce qui est majeur, c’est le traitement humain de cette crise migratoire et les Grecs ont été vertueux, à l’image de leur tradition d’accueil. Nous devons avoir cette gestion ferme, humaine et respectueuse de la question migratoire. On peut espérer que des pays tels que l’Espagne ou l’Italie s’inspirent de cette gestion grecque car ils représentent d’autres portes d’entrée vers l’Europe. 

L’enjeu civilisationnel est-il important pour cette présidentielle ? 

Absolument. Aujourd’hui, l’échec de la France c’est l’intégration. Des communautés vivent les unes à côté des autres sans se parler et sans s’intégrer aux valeurs de la République alors que la France porte une haute vision de l’assimilation. Nous devons aller vers une immigration choisie notamment, comme le propose Valérie Pécresse, par des quotas migratoires votés chaque année par le Parlement en fonction des besoins, ce qui permettra de mieux accueillir les immigrés sur notre sol, de manière plus sereine et plus apaisée. 

Elle s’est montrée ferme sur les enjeux régaliens, y a-t-il une faillite d’Emmanuel Macron sur ces sujets ? 

Valérie Pécresse allie à la fois fermeté et humanité. Emmanuel Macron n’a eu de cesse de diviser notre population par ses petites phrases volontairement clivantes : « traverse la rue et tu trouveras du travail » ou « j’ai envie d’emmerder les non-vaccinés » servant à faire le buzz et opposer les gens. Valérie Pécresse sera une présidente ferme dans la concertation, et sans opposer les gens ; on a besoin de rigueur, que les règles soient enfin respectées par tous et pour tous mais sans autoritarisme excessif. 

Valérie Pécresse se fait appeler la femme de « faire » … 

Les deux derniers quinquennats que nous avons vécus sont ceux du vide. Je mets de côté la crise sanitaire pour autant elle ne peut être l’excuse de tous les renoncements : la réforme des retraites, du grand âge, de décentralisation ; tant de promesses qui n’ont pas été respectées. Il nous faut des mener des réformes ambitieuses car nous notre pays n’a plus le choix, il est au bord du précipice. Valérie Pécresse fait preuve d’honnêteté en montrant la réalité aux Français et elle fera le nécessaire. 

Quelles sont les propositions qui vous font sens chez Valérie Pécresse ? 

Ce sont surtout les propositions à destination de nos jeunes qui ont le plus de sens à mes yeux. Ils ont besoin de retrouver espoir, qu’on leur donne un horizon auquel se rattacher. Parmi les plus grands sinistrés de cette crise sanitaire, notre jeunesse est celle qui a le plus subi : nos étudiants ne peuvent pas mener leurs études de manière convenable, ils éprouvent d’énormes difficultés à s’intégrer au marché de l’emploi, ils ne trouvent pas de stage car le télétravail a augmenté. Les mesures à leur destination me semblent donc essentielles pour préparer notre avenir, ils sont les citoyens de demain et nous avons besoin de leur redonner confiance. La proposition de Valérie Pécresse de favoriser le prêt à taux zéro sur tout le territoire sous condition de ressources lors de la première installation est un gain important de pouvoir d’achat. Les jeunes sont en quête d’un lendemain, d’un avenir plus florissant. Afin de toucher la classe populaire, Valérie Pécresse souhaite la mise en place d’une Banque des jeunes qui aura pour objectif d’aider les jeunes qui n’ont pas les moyens de financer leurs études ou leurs projets. Ils pourront rembourser cette banque lorsqu’ils leurs revenus atteindront 2000 € net. Les mesures à destination des jeunes sont symboliques et importantes à l’aune de la crise sanitaire. 

Quel sera votre rôle dans cette campagne ? 

Nous sommes quatre à porter la parole de Valérie Pécresse dans la région PACA : Stéphane Le Rudulier, Philippe Tabarot, Sarah Boualem et moi-même. Nous sommes engagés dans notre territoire pour faire connaître le programme de Valérie Pécresse et le défendre, mais surtout pour écouter les retours des territoires ; c’est une mission que j’affectionne car je suis une élue de terrain. Nous devons écouter nos concitoyens, faire remonter leurs attentes et surtout répondre à ces préoccupations. Il ne s’agit pas que d’écouter et de prendre note mais aussi et surtout de trouver des solutions, mener des réunions publiques, faire campagne ; c’est notre rôle d’orateur régional. Nous lancerons aussi prochainement un Comité de soutien à Valérie Pécresse dans le Var à La Crau en présence d’une cinquantaine de maires varois déjà engagés pour sa candidature. 

On la compare avec le Nicolas Sarkozy de 2007. Est-ce une affiliation positive selon vous ? 

On peut dire que quelque part c’est flatteur car Nicolas Sarkozy a été un grand président de droite. Cependant, Valérie Pécresse a sa propre personnalité, sa propre façon de faire et ses propres sensibilités. N’oublions pas qu’elle porte également un engagement en faveur des femmes, ce qui participe à sa singularité.

Quelle sera la droite de Valérie Pécresse en 2022 ?

Valérie Pécresse portera la vision d’une droite ferme, engagée dans des réformes salvatrices et qui tient ses promesses, une droite qui malgré cette rigueur sait rester humaine. 

Propos recueillis par Paul Gallard