(Entretien) Jens Villumsen, « Valérie Pécresse fait une campagne de convictions, avec ses tripes et son coeur »
(Entretien) Jens Villumsen, « Valérie Pécresse fait une campagne de convictions, avec ses tripes et son coeur »

(Entretien) Jens Villumsen, « Valérie Pécresse fait une campagne de convictions, avec ses tripes et son coeur »

Jens Villumsen est membre des Républicains et fait partie de l’équipe de campagne de Valérie Pécresse.

Bonjour Jens, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à défendre la candidature de Valérie Pécresse durant le Congrès et désormais à la présidentielle ?

Je connais Valérie Pécresse depuis près de 10 ans. J’admire son engagement et la force de ses convictions. Ce qu’elle dit, elle le fait ! A la tête de la Région Île-de-France, je l’ai vu à l’œuvre au service de nos idées, de nos valeurs et de nos convictions. Face au séparatisme, elle a doté la région d’une charte de la laïcité extrêmement puissante ; face à l’insécurité, elle a multiplié le budget sécurité de la Région par 5 ; face à l’abandon de notre patrimoine, elle a mis en œuvre une véritable stratégie de sauvegarde. Cette politique a été rendue possible par un ambitieux plan de réduction de dépenses de fonctionnement de la Région représentant plus de 2 milliards d’euros d’économies. Valérie Pécresse a montré qu’elle savait faire : ce qu’elle a fait pour la Région Île-de-France, nous devons maintenant le faire pour notre pays.

Quel est votre bilan de la politique macroniste ?

Depuis 10 ans, la France a emprunté le chemin du déclin et du déclassement sur tous les plans : industriel, commercial, technique mais aussi civilisationnel. La dette s’accumule, le déficit de la balance commerciale se creuse, l’insécurité explose et les fractures se multiplient. Ce bilan c’est celui d’Emmanuel Macron. 

On dit Pécresse proche idéologiquement d’Emmanuel Macron, qu’est-ce qui la différencie fondamentalement du Président ?

Cette affirmation est vide de sens. Emmanuel Macron n’est qu’un mauvais produit dérivé du parti socialiste. Il souhaite déconstruire l’Histoire de France et pense qu’il n’y a pas de culture française. Valérie Pécresse, au contraire, a fait de la fierté française retrouvée la boussole de son projet présidentiel. 

Quelle ligne politique doit-elle défendre durant cette campagne ?

Valérie Pécresse fait une campagne de convictions, avec ses tripes et son coeur. Elle a parfaitement compris les enjeux de cette élection présidentielle : rompre avec le déclin de la France. Pour cela, elle porte un projet de franche rupture et de droite assumée. Cette campagne sera l’occasion de démontrer que ce projet est le seul capable de redresser notre pays.

Valérie Pécresse semble avoir fait le choix de miser sur l’enjeu sécuritaire, est-ce pour vous une bonne idée ?

La sécurité est incontestablement l’un des angles morts de la politique d’Emmanuel Macron. Il a fallu attendre la toute fin du quinquennat pour que le président-candidat se décide à en parler. Mais l’insécurité, il ne faut plus seulement en parler, il faut la combattre. C’est pour cela que Valérie Pécresse propose des mesures extrêmement fortes.

Valérie Pécresse a une véritable légitimité sur la question de la sécurité de par son action à la tête de la Région Île-de-France où elle a multiplié par 5 le budget sécurité mais également par sa capacité à s’entourer de véritables experts sur le sujet : Frédéric Péchenard, Thibault de Montbrial et maintenant Eric Ciotti. 

Sur quels thèmes la jeunesse de droite peut-elle peser sur la candidate Pécresse ?

La jeunesse de droite doit faire sien le projet de Valérie Pécresse. Ce projet n’est pas seulement fait pour la prochaine élection mais pour la prochaine génération. C’est un projet de rupture, avec une forme de radicalité quand la situation l’exige, qui vise à remettre de l’ordre dans la rue et dans nos comptes. Emmanuel Macron aura légué 15.000 euros de dette supplémentaire à chaque Français. Face à cela, la jeunesse de droite doit assumer la rupture avec la dépense publique à gogo. Emmanuel Macron aura affaibli notre cohésion en niant l’existence d’une culture française ou en parlant de violences policières. La jeunesse de droite doit assumer la grandeur de notre Histoire et défendre nos institutions. Emmanuel Macron aura laissé la bureaucratie faire sa loi et les normes pourrir la vie des Français. La jeunesse de droite doit assumer de vouloir dénormer et débureaucratiser massivement pour simplifier la vie. Face à Emmanuel Macron qui a été en échec sur tous les sujets essentiels, la jeunesse de droite doit porter avec force ses convictions pour faire gagner Valérie Pécresse, la seule qui pourra relever notre pays et lui rendre sa fierté.

Propos recueillis par Paul Gallard