Immigration – Une victoire des Républicains
Immigration – Une victoire des Républicains

Immigration – Une victoire des Républicains

Nous sommes le lundi 18 décembre, l’Assemblée nationale met son premier camouflet au gouvernement. Par 270 voix contre 265, les députés rejettent la discussion sur le texte sur l’immigration proposé par le gouvernement.

Cela fait depuis 2017 qu’Emmanuel Macron n’avait été à ce point remis en question.

En effet, si la dernière réforme des retraites fut un tremblement de terre politique, cette fois-ci, c’est la fin d’une marque imprimée par le gouvernement depuis 2017, « l’en-même temps ».

Le lendemain, après une commission mixte paritaire (CMP) nocturne et intense, le Président Éric Ciotti et les députés des Républicains avec Olivier Marleix imposent quant à eux, leur propre marque au sein de la loi qui sera débattue et votée par leurs collègues.

La Droite s’impose de manière tranchante.

Effectivement, à l’issue d’une journée de débats, l’Assemblée nationale vote le projet de loi pour contrôler l’immigration et améliorer l’intégration.

Une victoire importante pour la droite car depuis 2017, jamais personne n’avait réussi à faire plier le gouvernement.

Le 19 décembre, Éric Ciotti et les Républicains l’ont fait, après un long cheminement entre le Sénat avec les sénateurs LR menés par Bruno Retailleau et l’Assemblée nationale.

En dehors du contenu même de la loi, c’est une autre façon de voir l’immigration qui vient de s’implanter dans notre paysage politique celle du contrôle de l’immigration.

Le contrôle, un terme qui renvoie à l’ordre et au rétablissement de l’autorité de l’Etat.

Un gros mot, une immondice, voire un crime de lèse-majesté pour les partis politiques de gauche et de l’extrême gauche, notamment pour la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, qui collectivement et en faisant tous les raccourcis possibles et imaginables vers les reductio ad hitlerium, proclament le retour de la pire des extrêmes droites, d’un axe des droites et de l’extrême- droite.

Des visions simplistes et purement politiciennes d’une problématique majeure pour les Français.

Bien entendu, la NUPES est suivie dans sa dérive par les multitudes d’organisations de gauche qui obéissent au berger Mélenchon pour agiter le pays.

Des organisations syndicales d’extrême gauche comme la CGT en passant par les syndicats étudiants comme l’UNEF et La FAGE (qui révèle quant à elle ses accointances intellectuelles et idéologiques avec l’extrême gauche) s’indignent collectivement voire menace de manifester.1

Plus surprenant encore, et au mépris total du principe de séparation des pouvoirs, le Syndicat de la Magistrature (ouvertement de gauche alors que le métier de magistrat implique un devoir de réserve et de discrétion), déclarait sur X en ce sens que :

« Le texte issu de la CMP est une honte absolue. Mélange d’inhumanité, de cynisme, et d’indignité. Il est encore temps de sauver l’honneur républicain : retrait du texte. »2

Des déclarations grandiloquentes, des indignations ubuesques d’artistes et d’une partie du monde people déconnecté de la réalité du quotidien des Français, certains allants même prétendre qu’il s’agisse d’une loi inhumaine, s’arrogeant au passage le monopole de l’humanisme et de la bonne- pensée.

Il est cependant un acte plus grave encore, celui de l’appel des 32 Présidents de Département socialistes qui ne veulent pas appliquer une partie de la loi concernant l’allocation personnalisée d’autonomie (APA).3

Pourtant, comme le rappelle très justement Éric Ciotti sur France Inter le 21 décembre, il s’agit d’un acte de sédition.4

Pourtant, par sondage Elabe BFM du 20 décembre 2023, et alors que le Président de la République annonce la saisine du Conseil constitutionnel pour calmer son aile gauche, 70% des Français sont satisfait du texte adopté par le Parlement.5

En effet, des avancées indéniables sont à constater en ce qui concerne la reprise de contrôle de notre politique migratoire.

Ces mesures impliquent notamment l’instauration d’un débat annuel sur le nombre d’étrangers, par catégorie, à s’installer en France ; un durcissement du regroupement familial ; un rééquilibrage de l’obtention de prestations sociales « non contributives » pour les étrangers en séjour régulier ; le rétablissement du délit de séjour irrégulier conditionnant ainsi à une amende de 3750 euros et d’une peine complémentaire de 3 ans d’interdiction du territoire ; une caution de retour pour les étudiants étrangers (avec des exceptions pour les parcours d’excellence et de la modicité des revenus) ; ou encore la facilitation des expulsions d’étrangers sous OQTF présentant une menace grave pour l’ordre public ;6

D’autres potentielles avancées sont cependant à regretter, notamment la proposition de Michèle Tabarot tendant à la renégociation de l’accord de 1968 avec l’Algérie.

Malgré cela, le combat politique n’est pas terminé pour reprendre le contrôle de notre politique migratoire, et par extension de notre destin en tant que Nation.

C’est pour cette raison que le référendum est la voie nécessaire pour que le peuple français puisse s’exprimer afin que sa volonté passe en force de loi au regard de nos principes constitutionnels, et de sorte à ne pas violer les traités internationaux de la France.

C’est pour cette raison que le Président Éric Ciotti et Les Républicains ont lancé une pétition que prend toute son importance aujourd’hui.7

Alexandre Saradjian
Secrétaire Général des Jeunes Républicains

Sources :

1 Déclaration publique de la FAGE et de l’ensemble de son réseau du 19 décembre 2023 sur X : https://x.com/la_fage/status/1737076984025403419?s=46&t=VrGnbmzZuFGG4C13VHtkCQ
2 Déclaration publique du Syndicat de la Magistrature du 19 décembre 2023 sur X : https://x.com/ smagistrature/status/1737191186266288141?s=46&t=VrGnbmzZuFGG4C13VHtkCQ

3 BELAÏCH C., « Loi immigration : les 32 départements de gauche ne veulent pas appliquer la préférence nationale », Libération, 20 décembre 2023 (L’article : https://www.liberation.fr/politique/ loi-immigration-apres-le-lot-la-seine-saint-denis-veut-etre-un-bouclier-republicain-face-a-la- preference-nationale-20231220_YY6NQIQEJ5GL3E7AQUQEQBURDM/)
4 QUENESCOURT E., « Les départements peuvent-elles refuser d’appliquer la loi immigration », Libération, 21 décembre 2023 (L’article : https://www.liberation.fr/checknews/les-departements- peuvent-ils-refuser-dappliquer-la-loi- immigration-20231221_LA2GHANVXRBXJELTBH2CQOZVM4/) 5https://www.bfmtv.com/politique/loi-immigration-70-des-francais-interroges-sont-satisfaits-du- texte-selon-un-sondage-elabe_VN-202312200757.html
6 https://www.vie-publique.fr/loi/287993-projet-de-loi-immigration-integration-asile-2023
7 https://www.referendumimmigration.fr/#petition

%d blogueurs aiment cette page :