L’art de vivre à la française est-il en train de mourir ?
L’art de vivre à la française est-il en train de mourir ?

L’art de vivre à la française est-il en train de mourir ?


La crise de la Covid-19 a stoppé de manière nette nos vies à toutes et à tous. Les « bistrots », les restaurants, les coiffeurs, les cinémas… : personne n’a été épargné et nos habitudes ont été bouleversées.

Avec ces confinements répétés ainsi que ces restrictions sanitaires (nécessaires), nous avons été contraints d’abandonner notre mode de vie dit « à la française ».
Ce mode de vie, cette image du bon vivre en France, dans nos cinémas, nos théâtres, nos restaurants… est l’image que nous renvoyons au monde entier.

Ces lieux de culture font partie intégrante de notre identité et sont devenus des lieux de culture populaires fréquentés par le plus grand nombre de façon régulière : c’est une fierté française. En effet, le pays des Droits de l’Homme que nous sommes, renvoie une image particulière de savoir-vivre, de liberté (culturelle et individuelle), et de convivialité ; cependant, ces habitudes qui faisaient partie de nous, nous ont été arrachées (certes par nécessité sanitaire) brutalement, laissant les français désemparés et dans un état de solitude inédit.

De nombreuses études scientifiques menées depuis un an en arrivent toutes à la conclusion que ce repli sur soi est nocif pour nous ; nous avons besoin de ces contacts humains ; et cela était rendu possible dans les restaurants, les bars, les discothèques…
Cependant, lorsque nous seront sortis de cette crise inédite, il est légitime de se demander si ces habitudes reprendront comme avant ? Est-ce que les français continueront de se retrouver pour bavarder dans des restaurants, dans des bars ? Est-ce que les étudiants continueront d’aller fêter la fin de leurs examens dans les discothèques ? Est-ce que les couples continueront d’aller voir les classiques français au cinéma ?


En effet, je pense que cette crise n’a fait que nous faire prendre conscience de ce déclin de la manière de vivre à la française. À l’heure où les bien-pensants de gauche voudraient nous faire rougir d’être français, nous remarquons bien que notre mode de vie entier est remis en cause. Nous pouvons faire le même constat pour ce qui est de nos traditions, quand nous entendons des élus refusés d’avoir un « arbre mort » sur leurs places d’hôtel de ville.

Toute notre vie, fondée sur ces acquis de vie en société, est remise en cause. C’est alors que nous remarquons deux camps s’affronter clairement aujourd’hui : nous avons d’un côté les français attachés à leurs traditions, à leurs modes de vie, à leur culture. Et de l’autre nous avons des personnes voulant nous vider de notre âme française sous prétexte qu’il faut faire avancer la société et le monde. Les français voulant continuer de vivre avec leurs traditions et avec leurs cultures seraient donc des freins à l’évolution du monde…


Comme je l’ai dit auparavant, cette crise mondiale nous a tous pris par surprise et nous a déstabilisé au plus haut point. C’est pourquoi nous devons rester stable en nous accrochant à un socle immuable : celui de la France. Et ce socle est composé en partie de notre culture, de notre mode de vie ; si nous enlevons ce socle à la population, alors chacun ne se sentira plus raccroché qu’à sa propre existence et c’est là que la dislocation de la France en territoires communautaires s’accélèrera.

La Droite française s’est toujours engagée aux côtés de la culture (avec notamment des ministres exceptionnels comme André Malraux) car elle a mesuré toute son importance dans la cohésion nationale. Négliger la culture, c’est négliger les français et c’est négliger la France. Alors cela pourrait être destructeur pour notre pays.


Léo Cassart